Nuestras Madres

trigon-film

TITRES
Originale
Nuestras Madres
deutsch
Unsere Mütter
français
Nos mères
italiano
Le nostre madre - our mothers

DATES DE SORTIES
Suisse
19.11.2020
Suisse alémanique
19.11.2020
Suisse romande
16.12.2020
Tessin
03.12.2020
NOMBRE DE SPECTATEURS

Le nombre de visiteurs indiquées représentent toutes les chiffres qui a été annoncé et saisie pour ce film depuis la date des sortie.

Suisse
577
Suisse alémanique
577
Suisse romande
Tessin

CAST & CREW
Réalisation
César Díaz
Producteur
Géraldine Sprimont
Delphine Schmit
Scénario
César Díaz
Musique
Rémi Boubal
Acteurs
Emma Dib
Armando Espitia
Victor Moreira
Julio Serrano Echeverría
ÂGE D'ADMISSION

Depuis le 1.1.2013, la "Commission nationale du film et de la protection des mineurs" fixe des âges d’admission pour tous les films faisant l’objet de projections publiques dans des cinémas. L’"âge légal" est fixé de manière à ce qu’un enfant/adolescent de cet âge ne subisse pas de dommage en visionnant le film. Un enfant/adolescent qui a atteint cet âge est admis seul. L’âge légal peut être abaissé de max. 2 ans pour les enfants/adolescents accompagnés d’une personne détentrice de l’autorité parentale (p.ex. avec un âge légal de 10 ans, un enfant de 10 ans est admis seul; un enfant de 8 ans est admis accompagné d’une personne détenant l’autorité parentale).
L’"âge recommandé" est fixé de manière à ce qu’un enfant/adolescent de cet âge comprenne le film.
Pour tout complément d’information: filmrating.ch

Âge légal
16
Âge suggéré
-

CONTENU

Ernesto est anthropologue auprès d’une fondation privée médico-légale: il donne un nom à des squelettes déterrés, pour les remettre à des familles en deuil. Il est des films qui arrivent à point. Nuestras Madres est de ceux-là, qui nous remet en mémoire le drame immense qu’a vécu le Guatemala lors d’une guerre civile meurtrière surtout pour les populations indigènes et qui a duré 30 ans. Le Soir écrivait: «Un bouleversant travail de mémoire.»

Ernesto assemble les squelettes déterrés dans des charniers au fur et à mesure de leur découvertes. Il est, un jour, abordé par une vieille dame venue lui demander d’enquêter dans son village et de fouiller un terrain où elle est persuadée que gisent les restes de son mari disparu à la suite d’un raid des militaires. Sur la photo qu’elle lui montre, Ernesto croit reconnaître les traits de son père, lui aussi disparu et dont sa mère ne parle jamais. Malgré sa hiérarchie et sa mère qui voudrait bien oublier, Ernesto se lance dans une recherche …

Nuestras Madres est un film modeste, mais ce n’est pas un «petit» film, au contraire. C’est de son absence de prétention, voulue par César Díaz, que le film tire toute sa force et en même temps, sa beauté. Le réalisateur et son œuvre s’effacent devant ces femmes, ces mères et ces filles qui réclament justice et ont toutes les peines du monde à se faire entendre. Ce sont leurs quêtes des disparus qui offrent le fil dramatique du récit auxquelles s’adjoint une volonté plus personnelle d’Ernesto de savoir enfin ce qu’il est advenu de son propre père. Les images s’enchaînent créant petit à petit l’émotion qui sied à ce genre d’intrigue. Celle-ci se déroule avec pour arrière-plan la tenue d’un procès où des femmes vont être appelées à témoigner des sévices qu’elles ont subis.

En filigrane, sont alors suggérés les résistances qui s’opposent à ce que justice soit rendue: la recherche des cadavres est le fait d’initiatives privées, car les autorités voudraient bien «passer à autre chose». Le soin avec lequel sont filmées les scènes de reconstitution des squelettes nous rappelle le documentaire de Patricio Guzmán, El botón de nacár, car on retrouve ici le même travail de mémoire. Cette modestie de Nuestras Madres rend justice à la mémoire de tout un peuple.

IMAGES